Nouveau calendrier pour le métro du Grand Paris

La construction de la ligne 18 est décalée de 3 ans, 2027 au lieu de 2024.

Le Premier ministre a prévenu que le nouveau calendrier était « réaliste, tenable, mais déjà tendu », et a annoncé que « les marchés de toutes les lignes seront signés durant le quinquennat », ce qui permettra de valider définitivement le coût à terminaison.

Soulignant que la construction du nouveau métro était bien le « chantier du siècle », le Premier ministre a rappelé l’ampleur de ce défi technique, avec l’équivalent de « huit pyramides de Gizeh » à excaver, dans un environnement où les contraintes géologiques sont fortes. Ce sont 21 tunneliers qui creuseront simultanément le sous-sol francilien composé d’anciennes carrières, de sols complexes (sables, marnes, argiles vertes, etc.), de multiples nappes phréatiques et de réseaux déjà existants. Les nouvelles lignes seront creusées à une profondeur de 30 à 40 mètres en moyenne, voire à plus de 50 mètres. Pour mémoire, le métro parisien est situé à environ 10 mètres dans le sol. Un défi humain ensuite avec, chaque année, 15 000 travailleurs mobilisés au plus fort des chantiers. Les entreprises de travaux publics et d’ingénierie sont sollicitées à un niveau – une fois encore – unique et sans précédent sur le continent : dans l’univers du souterrain, le Grand Paris Express multiplie par quatre le volume habituel de travaux. « Avec la ligne 14, on a construit 9 km de lignes en 9 ans. Là, on doit construire 200 km en 20 ans », insiste Édouard Philippe.

Cette entrée a été publiée dans Info, Transports. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.